Le Barreau de Madrid portera plainte pour fuite dans le cas du petit ami d'Ayuso

L'Illustre Barreau de Madrid (ICAM) présentera un plainte pour la déclaration du bureau du procureur dans laquelle le négociation entre l'avocat du partenaire d'Isabel Díaz Ayuso et le procureur chargé de l'affaire pour un éventuel accord de conformité qui ne s’est finalement pas concrétisé. À l'époque, l'organisme collégial avait critiqué la violation du secret professionnel qui protège les avocats de la défense, mais il considère désormais qu'il s'agit d'un délit de divulgation de secret.

Le 20 mars, le Doyen Eugenio Ribón s'est conformé à ce qui avait été convenu par le conseil d'administration de l'ICAM, qui avait proposé de déposer une double plainte dans cette affaire. Ce jour-là, il déposa plainte devant le tribunal d'instruction contre le ministère public de la communiqué de presse officiel du parquet provincial de Madrid. Il détaille des données spécifiques provenant des communications de l'avocat d'Alberto González, petit ami du président de la Communauté de Madrid, dans le cadre d'une processus de conformitédans lequel l'accusé reconnaît avoir commis un ou plusieurs crimes en échange d'une réduction de peine pour éviter la prison.

Actuellement, la juge en chef du Tribunal d'Instruction numéro 19 de Madrid, Inmaculada Iglesias, enquête sur González Amador pour délits présumés de fraude fiscale et de falsification de documents commerciaux que le ministère public a dénoncé sur la base d'un Rapport de l'administration fiscale. Le document relève des signes d'irrégularités dans le paiement de l'impôt sur les sociétés et la présentation de fausses factures.

Après avoir critiqué cela révélation inédite du parquetmaintenant ICAM a annoncé qu'elle apparaîtra dans le cadredéposant dans les prochains jours une plainte « contre l'auteur inconnu des faits » et sans préjudice du fait que la plainte puisse relever de la compétence des autorités supérieures, dans le cas où les auteurs présumés seraient certifiés.

Les événements survenus le 14 mars, de l'avis de l'ICAM, « offrent à titre indicatif caractéristiques constitutives d'un délit de révélation de secrets prévu à l'article 417.2 CP, qui sanctionne la violation par une autorité ou un agent public – en l'occurrence, du représentant du ministère public-, du devoir de secret et de discrétion imposé par le statut organique du ministère public. »

Concernant la paternité du délit présumé, l'ICAM affirmait déjà dans sa plainte que « le ministère public 'exerce ses fonctions à travers ses propres organes' (art. 124.2 CE et 2.1 EOMF). » Et cela depuis la sortie du communiqué de presse le parquet provincial de Madrid, « il devra y avoir une enquête subjective sur sa paternité médiate ou immédiate ».

IRESTE, plus connu sous le nom d'Institut de Recherche d'Enseignement Supérieur aux Techniques de L'électronique, est un média spécialisé dans le domaine de l'électronique.